Rechercher

Sara Hernandez, Docteur en Economie de l’Environnement et Consultante au profil éco-super-friendly !

Aujourd’hui, le Bloc a le plaisir de vous présenter sa coworkeuse au profil “éco-super-friendly”, Sara Hernandez, originaire de Colombie, Docteur en Economie de l’Environnement, et à la tête de Sara Hernandez Consulting - cabinet indépendant de Conseil et de R&D dans la transition de modèles économiques et organisationnels en vue d'une croissance verte.

Sara Hernandez, à la tête de Sara Hernandez Consulting

Bonjour Sara, peux-tu présenter à nos lecteurs l'essentiel de ton parcours jusqu'à Sara Hernandez Consulting?

J’ai avant tout un parcours de chercheur. Pendant 10 ans, j’ai coordonné des programmes de recherche en lien avec la préservation de la nature, la biodiversité, les écosystèmes aquatiques, le trafic illégal, les aires marines protégées… en Colombie. Suite à cela, j’ai travaillé pour l’administration française au Ministère de l’Ecologie, et pour l’Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) qui dépend du Ministère pour toute la politique de l’eau sur des sujets d’enjeux en matière de l’économie de la biodiversité. Enfin, j’ai également travaillé dans le secteur privé, au sein d’une société de Consulting américaine - basée à Londres - notamment sur des projets commandités par la Commission européenne”. Riche de ces plus de 20 années d’expériences et ayant pris goût au travail de Consultant, Sara a décidé de se lancer dans sa propre aventure entrepreneuriale et de monter sa société Sara Hernandez Consulting à Londres en mai 2016. Elle a aujourd’hui une succursale à Paris – devenue une entreprise à part entière - et un bureau de représentation en Colombie, à Bogota.


Un petit pitch de ton entreprise ?

Sara Hernandez Consulting est un cabinet de Conseil R&D dans les thématiques de transition écologique en vue de la croissance verte. Il met au service des entreprises, des institutions publiques nationales et internationales, et de tous les acteurs du territoire son expertise pour faciliter la prise en compte de la dimension environnementale dans la prise de décision et rendre ainsi nos économies et nos territoires plus résilients face aux enjeux environnementaux ”.

La transition est ce qu’il y a de plus difficile à accepter et à mettre en place, mais elle est nécessaire pour aborder les contraintes, nombreuses, qu’impose la dégradation de l’environnement aux activités humaines. On a souvent l’impression que cette transition implique des coûts colossaux. Le cabinet de Sara accompagne cette transition et fait la démonstration - par le biais d’outils d’analyses économiques et financières, d’études de faisabilité et d’études terrain - qu’elle représente en réalité un investissement qui va se traduire, pour les entreprises, les territoires ou les citoyens, en des économies à la clé et de la création de valeur. La transition vers des économies plus viables est facilitée par l’introduction d’une forme d’innovation. “L’innovation qui peut être technologique, sociale ou organisationnelle. J'accompagne moi-même sur ces deux derniers points, et m’associe avec des experts aux compétences multiples pour le premier", explique Sara.


Quels sont les outils que tu utilises pour accompagner la transition?

L’analyse économique est riche en approches et en méthodes qu’il nous faut adapter au cas par cas et selon les besoins des clients. Notre expertise permet de combiner cette base scientifique avec des réponses opérationnelles qui sont co-construites avec le client, seul connaisseur du fonctionnement de son secteur d’activité. Nous accompagnons donc nos clients dans les démarches d’évaluation d’impact et des bénéfices de la transition, dans la mobilisation d’instruments économiques et des mécanismes de financement innovants ainsi que dans la mise en œuvre de stratégies de croissance verte ou de transition des modèles économiques. Notre approche permet de mesurer la performance économique, environnementale et d’impact social des programmes, plans d’investissements, et autres stratégies de transition, à partir d’indicateurs définis au cas par cas.

Notre base scientifique s’inspire des travaux de l’économie expérimentale et l’économie environnementale entre autres. Ces approches sont très utiles pour capturer la valeur des biens environnementaux, pour définir les contraintes qui pèsent sur les décisions et comportement individuels et collectifs. Le champ d’application est aussi vaste que le sont les enjeux environnementaux et ceux de pérennisation des économies locales et nationales”, nous raconte Sara.


As-tu un exemple concret d'accompagnement d'entreprise à nous donner?

On se situe dans le cadre d’un parc industriel accueillant un petit nombre de microentreprises et PME dans le secteur de la charcuterie artisanale. La problématique posée est la gestion des eaux usées et l’idée est donc d’établir de l'assainissement collectif, ce qui implique d’avoir une station de traitement des eaux usées sur le site, afin de pouvoir traiter les eaux normalement traitées individuellement par les entreprises.

Le problème est le coût exorbitant que chaque entreprise doit payer pour la mise en place d’une station d’épuration à fonctionnement plein. Et pour résoudre ce problème, L’entreprise de Sara a proposé - en partenariat avec des experts en innovation en ingénierie écologique - la mise en place d’une station plus petite mais accompagnée d’une création de zone humide avec une végétation (une algue) qui capture les pollutions dans l’eau et les rejets abondants de chlorure notamment. “Ce mix entre ingénierie grise (station d’épuration) et ingénierie verte (émergence de la zone humide) permet de réduire le coût qu’aurait pu coûter une station d’épuration à fonctionnement plein pour les entreprises, d’améliorer les process pour bien rationaliser l’eau, et de créer de la valeur - l’algue étant valorisable sur d’autres marchés, comme par exemple pour l'alimentation du bétail ou le secteur de la cosmétique. Autrement dit, via notre étude de faisabilité, en réduisant l’investissement sur du béton, nous avons favorisé - à moindre coût - l’investissement sur la nature, avec la nature, tout en créant des pistes de valorisation et une amélioration de l’attractivité du parc industriel. Nous avons réduit pratiquement de 2 la facture pour chacune des entreprises du parc par ces solutions”, nous explique Sara.



Enfin, quels challenges pour Sara Hernandez Consulting?

Sara souhaite renforcer son équipe pour aller encore plus loin dans les projets. “Nous assumons une structure à échelle humaine avec un système de partenariats et de collaboration avec des experts à différentes échelles. Nous avons un collaborateur en Colombie, un autre aux Pays Bas, plusieurs partenaires et prestataires de service nationaux, des étudiants qui viennent enrichir les projets en stage. Cependant, notre équipe centrale doit être renforcée - et je prévois aujourd’hui deux nouveaux recrutements : un Consultant Junior et un Directeur Scientifique. Ces recrutements me permettront d’accélérer la croissance de mon cabinet et de consolider des partenariats autour de projets d’impact ».

Un autre challenge pour Sara est de renforcer la partie financière de son entreprise également, et d’inciter les investisseurs d’impact à s'intéresser à ses projets, et à travers cela, renforcer l’impact sociétal de ses projets.




Pour en savoir plus Sara, son équipe et ses différents projets, rendez-vous ICI

Et pour découvrir de nouveaux profils de Blocqués, c’est par LA !

Groupe Eyrolles SA

Suivez-nous :

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White LinkedIn Icon
  • White Instagram Icon

+33 (0) 1 44 41 11 01

contact@lebloc.paris

10 bis rue du Sommerard - 75005 Paris

NEWSLETTER